LES LAITAGES

Les produits laitiers sont-ils nocifs pour la santé ???

En 1954, le gouvernement où Pierre Mendès France était à la présidence du Conseil,  proposait aux écoliers du lait  pour devenir « studieux, forts, solides », aujourd’hui aucun gouvernement ne s’aventurerait à faire la même chose. Et pourquoi ? C’est l’un des produits alimentaires les plus controversés.

Les produits laitiers (lait, fromages, fromage blanc, yaourts, crème glacée etc…) nous posent quelques problèmes.

Sont-ils à consommer ou non !

 

Il faut savoir que le lait peut causer des problèmes de plusieurs manières :

 

1/ Par la sensibilité à la caséine qui est une protéine.

 2/ Par la nourriture que mange le bétail.

3/ Par des allergies que le lait peut provoquer par son acidité.

 

 

1/ La sensibilité à la caséine :

 

Les personnes sensibles à la caséine peuvent déclencher une réponse auto-immune de la part de notre corps.

Il peut y avoir une défaillance dans notre système digestif qui n’arrive pas à extraire les nutriments de la caséine. Si notre organisme n’arrive pas à accomplir son travail, il restera des résidus non digérés de cette caséine qui pourront irriter le système immunitaire et favoriser la production de mucus.

 En réponse, notre organisme va l’identifier comme un virus et donc déployer un processus en  déclenchant une réponse immunitaire pour protéger notre organisme.

Le mucus :

Sécrété par les muqueuses internes, le mucus c’est l’un des 1ers moyens de défense du corps. Il empêche les organes de se dessécher et les protège contre poussière et germes.

Si nous produisons trop de mucus, il peut se déclencher une maladie auto-immune (colite, maladie de Crohn, etc...)

La caséine représente 80% des protéines trouvées dans le lait, elle s’agglutine dans l’estomac et rend la digestion très difficile.

 

2/ l’alimentation du bétail :

 

Tout le monde le sait, le bétail ne mange plus comme il y a 20 ans.

Leur alimentation peut contenir des produits chimiques, des hormones, des pesticides, des antibiotiques, des leptines toxiques provenant des céréales.

Si vous consommez du lait faites en sorte que ce soit du lait de production biologique.

Il est important que les vaches passent plus de temps dans les pâturages et qu’elles ne soient pas traitées aux médicaments (surtout les antibiotiques).

 

3/ L’allergie au lait :

 

Les réactions allergiques (habituellement la caséine) se manifestent de plusieurs façons.

Sous forme d’urticaire, de tuméfactions, démangeaisons, problèmes digestifs, rhinite, problèmes respiratoires, etc…

Mais il peut aussi y avoir une intolérance au lactose qui est un sucre que l’on trouve dans le lait de tous les mammifères et qui est composé de 2 sucres simples : le glucose et le galactose.

Si nous n’avons pas l’enzyme nécessaire pour séparer ces 2 sucres, le lactose non digéré reste dans le tube digestif où la flore intestinale le consomme. Or, ce lactose est très acide.

Cette intolérance provoque aussi des crampes, des diarrhées, des gaz.

Certaines personnes, lorsqu’elles sont constipées prennent un yaourt et voient leurs selles devenir plus ou moins liquides.

 Que se passe-t-il ?

Nous savons maintenant que le lait est composé de lactose.

Le lactose est décomposé par la lactase qui est un enzyme que nous possédons, que nous fabriquons en grande quantité quand nous sommes nourrisson et qui diminue dans notre corps à mesure que nous grandissons.

 Si vous êtes un adulte, vous fabriquerez de moins en moins de lactase donc vous ne décomposez plus le lactose, et c’est l’indigestion qui entraine une diarrhée (qui est en réalité une l’excrétion de selles stagnantes qui se sont accumulées dans le colon).

 

 

En Italie, une étude a été faite, il semblerait que les gens du sud perdent cet enzyme, alors que les gens du nord le gardent et donc digèrent mieux le lactose ainsi que les laitages.

En fait la plupart des populations ne fabriquent plus la lactase (à partir de 3 -4 ans) comme les populations du bassin méditerranéen, les asiatiques, africains, sud-américains, et européens.

Seuls les peuples Caucase descendants d’éleveurs qui ont émigré dans le nord de l’Europe, en Amérique en Australie peuvent fabriquer cet enzyme.

Le lait contient bien sûr d’autres ingrédients que le lactose. Des protéines, plusieurs vitamines et minéraux ainsi que du calcium (ces ingrédients jouent un rôle dans la prévention des maladies cardiovasculaire* et l’hypertension) et des « facteurs de croissance ».

*une étude MONA-LISA-NUT (Monitoring national du risque artériel-nutrition) a été présentée en avant-première en janvier aux Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie, elle met en évidence un risque de pathologies cardio-vasculaire diminué de 30% chez les consommateurs de produits laitiers.

Le cardiologue Jean Ferrières insiste sur le fait que les consommateurs de produits laitiers ont un meilleur équilibre alimentaire.

 

Les facteurs de croissance :

 

L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a publié un rapport sur ces « facteurs de croissance » qui ne peuvent pas être retiré du lait.

Ils subsistent dans les fromages fermentés, même pasteurisés.

Comme ils conservent leur activité biologique, s’ils sont absorbés par des adultes qui n’ont plus besoin de grandir, les chercheurs se demandent si le risque ne pourrait pas faire croître des cellules cancéreuses ?

 

Les recherches s’étendent aussi sur le lien que certaines personnes font entre le lait et les migraines, la maladie de Parkinson, le diabète de type 1 (la Finlande qui est le 1er consommateur de lait au monde détient aussi le record de diabète de type 1).

 

 

Où trouver du calcium ?

Les végétaux suffisent pour satisfaire nos besoins en calcium. Les légumes à feuilles (brocoli, chou, chou chinois etc…) ainsi que le tofu, les légumineuses ou les céréales en sont d’excellentes sources.

 

Le calcium des laitages est absorbé à 32% alors que celui de certains  légumes peut aller jusqu’à 61%.

 

100gr de chou chinois = 1 verre de lait.

 

 

Pour 100gr d’aliments

Taux de calcium en mg

Volaille, porc

15 à 20

poisson

50 à 60

 

Légumes verts

60 à 70

mâche

100

lait

120

Légumes secs

150

Menthe, basilic

200

Fruits secs

200 à 250

Sardines en boite

600

Thym, cannelle

1000 à 1250

 

 

Etude réalisée Mme Véronique Coxam, responsable de l’unité de nutrition humaine de l’INRA.

L’apport moyen recommandé en calcium est de 700 mg/jour, une alimentation variée avec légumes, épices, et herbes y pourvoira sans devoir compter exclusivement sur les produits laitiers.

 

Eviter l’ostéoporose en buvant du lait est un leurre.

 

Toujours est-il que l’ostéoporose n’existe pas dans certaines populations et n’existait pas ou peu chez nos ancêtres.

 

 

Le lait est-t-il dangereux ?

 

Nous n’avons pas assez de recul dans les différentes études, les risques pour la santé (cancer des ovaires, de la prostate, lymphome, Parkinson, etc….) n’apparaissent à partir de 3 portions par jour.

Les chercheurs de l’Université de Harvard conseillent de consommer de zéro à 2 laitages par jour, selon notre goût.

Le lait est considéré comme un aliment et non une boisson, il ne devrait pas être consommé lors d’un repas contenant d’autres aliments protéiques.

 

Acidité du lait :

 

Plus les aliments sont acides, plus notre organisme doit puiser dans les réserves de calcium (os) pour neutraliser cette acidité.

 Beaucoup d’allergies proviennent de cette acidité du lait.

 

Les laitages sont très acides, ce qui rend leur consommation équivoque (nous mangeons des laitages pour avoir du calcium et les laitages sont trop acides alors nous allons chercher dans nos réserves de calcium via les os et ainsi récupérer le sel de calcium).

 

La concentration de calcium dans le sang est normalement fixée à 9-10mg.

Lorsque la concentration de calcium dans le sang augmente (par absorption de beaucoup de laitages) le corps essaie de revenir à un taux normal et excrète le surplus par les reins et l’urine.

Il vaut mieux manger des algues, des crevettes  ou des petits poissons qui contiennent du calcium qui n’est pas absorbé rapidement et donc n’augmentent pas le taux de calcium trop rapidement dans le sang.

 

Pour ou contre les laitages?

 

Je ne suis pas pour ou contre le lait, c’est à vous de voir et de savoir ce qui est bon pour votre organisme.

Nos ancêtres n’en buvaient pas.

Aujourd’hui 75% de la population ne le digère pas ou plus.

La qualité du  lait a-t-elle  changée ? La consommation est-elle trop importante ?

Les laitages ne sont pas le poison absolu, ils font partis de notre patrimoine gastronomique, il faut (si on les consomme) les consommer avec modération, mais surtout avec plaisir, et être à l’écoute de son corps et aux symptômes éventuels.